• Les principes du bilinguisme précoce

    Un enfant construit sa faculté de langage entre 0 et 7 ans. Cette faculté ne se construit qu’une seule fois dans la vie.
    C’est dans cette période que l’enfant développe son oreille et sa capacitéà articuler des sons. Il profite de toutce qu’il peut entendre pour se former,il expérimente en fonction de son entourage.
    Plus l’enfant est exposé à des sons différents plus son appareil articulo-phonatoire sera développé. Entendre plusieurs langues est pour lui source d’enrichissement et d’épanouissement.

  • Le bilinguisme, comment ?

    Les enseignements sont dispensés selon la règle de la parité horaire, soit la moitié du temps scolaire en breton et l’autre moitié en français.

    Les programmes sont strictement les mêmes que dans les autres classes. TES, une antenne du CRDP assurent la production et l’édition d’outils pédagogiques en langue bretonne qui sont très souvent la traduction des manuels français.

    Les élèves de la filière bilingue participent à la vie scolaire avec les élèves des classes monolingues.

    Le bilinguisme est la norme à l’exemple des 46 millions d’européens qui utilisent régulièrement une langue régionale ou minoritaire.

    66500 élèves suivaient un enseignement en langue régionale en France en 2012/2011 dans le service public d'éducation.

  • Pourquoi le breton

    Le bilinguisme se construit de manière intelligente et stimulante pour l’enfant quand la langue se rapporte à son entourage affectif et culturel.

    Il est donc logique d’apprendre la langue de son environnement immédiat, celle de sa famille ou de sa région.

    En Bretagne, le breton est la seconde langue la plus parlée après le français. Elle est présente naturellement dans notre quotidien, dans les noms de lieux, de personnes, les medias, l’internet, l’édition, les loisirs, les vacances et de plus en plus dans le monde professionnel. Le choix du breton est donc logique.
    ­­­

    Elle est aussi, dans certaines familles, un moyen d’enrichir les relations intergénérationnelles. Nombre de grands-parents sont heureux de pouvoir parler breton avec des jeunes et des très jeunes...

  • La réussite scolaire favorisée

    Les différences linguistiques du français et du breton enrichissent l’inventaire phonétique et grammatical de l’enfant.

    La gymnastique qu’entraîne l’apprentissage de deux langues permet à l’enfant de développer ses capacités en langue (français, breton…) ainsi que toute autre langue qu’il sera amené à apprendre. Par le jeu des comparaisons, il est mieux à même d’analyser la grammaire et le vocabulaire.

    Des études ont également montré que cette gymnastique améliore la capacité à l’abstraction. Cette capacité est primordiale dans les mathématiques par exemple. Les résultats des enfants bilingues sont d’ailleurs meilleurs dans cette matière que ceux de leurs camarades monolingues en général.

  • Les avantages

    Une ouverture et une richesse multiculturelle dès le plus jeune âge.
    Une pédagogie de qualité.
    Une facilité d’apprentissage des langues.
    Une meilleure compréhension de son entourage et de son environnement
    Des relations inter générationnelle favorisées.
    Un accès au bilinguisme et à la langue bretonne pour tous.

  • Les questions

    Je ne connais pas le breton,est-ce un problème ?
    Il n’est pas nécessaire que les parents parlent breton.
    De nombreux élèves viennent de familles non bretonnantes, parfois originaires d’autres régions, d’autres pays.

    Le breton ne sera-t-il pas une surcharge pour mon enfant ?
    Non ! Tout comme pour le français, l’apprentissage de la langue se fait progressivement à partir de la maternelle. Le breton est langue véhicule d’enseignement, il ne vient pas en plus.

    Et la langue vivante étrangère ?
    La langue vivante étrangère dans les classes bilingues breton-français est enseignée en école primaire dans les mêmes conditions que dans les classes traditionnelles.

    L'enfant naît avec la capacité de devenir multilingue, cultivons la naturellement.

  • La langue bretonne

    Le breton est une langue celtique tout comme le gaélique, le gallois et le cornique. On découpe traditionnellement la Bretagne en haute et basse Bretagne, soit respectivement le domaine gallophone et le domaine brittophone. Cette « frontière » linguistique disparaît de plus en plus du fait de la mobilité de la population et les locuteurs sont répartis sur les 5 départements bretons.

    La langue bretonne est forte d’un dynamisme culturel qui va de l’édition (80 à 90 titres par an) à l’internet en passant par les camps de vacances, les pièces de théâtres, les concerts, les émissions radiophoniques et télévisuelles…

    Le breton un atout pour l’emploi :
    pour travailler en Bretagne dans l’enseignement, l’animation, le tourisme, les emplois familiaux, les secteurs de l’enfance et la petite enfance, le secteur médico-social, etc.